Mireille Rochon

Je m’appelle Mireille, mieux connue sous le nom de Mimi. Le sud de l’Alberta est devenu mon chez moi depuis plus de 30 ans et je l’adore. J’apprécie le climat sec, la grandeur du paysage et les gens qui y habitent. Même très jeune, j’ai réalisé que j’adorais faire des choses avec mes mains et, aujourd’hui, cette même énergie au fond de moi continue à vouloir créer des objets. C’est au collège de Red Deer, durant les années 80, que j’ai étudié la céramique, la sculpture, le dessin et la peinture. Aujourd’hui, vous me trouverez dans mon studio de peinture où je travaille principalement avec l’encaustique, ou dans mon studio d’argile qui est présentement en construction. J’adore le Raku, un processus de cuisson primitive qui est d'origine japonaise. Après avoir chauffé à plus de 1800 degrés, les oeuvres sont retirées du four avec des pinces de métal et placées dans un contenant bourré de matériaux combustibles. Les matériaux s'enflamment car les pièces sont brulantes. On place alors le couvercle du contenant et le feu brule l’oxygène à l’intérieur, ce qui cause l’atmosphère de réduction. Quand on ouvre le couvercle, une quinzaine de minutes plus tard, c’est comme Noël! L’argile qui n’a pas de glaçures est léchée par les flammes et la fumée pour créer des beaux effets imprévisibles et les glaçures deviennent craquelées, fluorescentes ou mattes. C’est magique, car chaque pièce est unique, sans aucune possibilité d’être dupliquée. De plus, seulement 80 % des pièces survivent au choc thermique.